Actualités de la Fédération

ven 10/03/2017

Une délégation d’OTF était présente le 10 mars à Narbonne lors des Rencontres techniques des directeurs d'Offices de Tourisme d'Occitanie.

mar 28/02/2017

Que devient le classement de mon Office de Tourisme en catégorie après un regroupement de plusieurs structures, un déménagement, un changement de statut ?

mar 28/02/2017

Trois ans après la création du Titre de « chargé de projets e-tourisme », première certification métier de la branche des organismes de tourisme, Offices de Tourisme de France est fière d’observer la réussite du dispositif.

lun 27/02/2017

Facebook est un outil devenu très utile aux techniciens ou élus des Offices de Tourisme et des Relais Territoriaux pour échanger sur leur travail au quotidien.

lun 27/02/2017

Les regroupements d’Offices de Tourisme ont donné lieu à des transferts de personnel en parallèle, modifiant dans certains cas la nature du contrat de travail : du privé au public ou du public au privé.

VERS 1500 OFFICES DE TOURISME ENVIRON ? MAIS UN MAILLAGE DE L’ACCUEIL PRÉSERVÉ

mar 24/01/2017

C’est encore trop tôt pour établir une cartographie exacte des Offices de Tourisme à la suite des regroupements. De nombreuses décisions relatives aux Offices de Tourisme ne sont pas encore prises compte tenu des dérogations loi montagne ou des fusions d'EPCI (effectives que depuis le 1er janvier 2017). On peut néanmoins estimer aux termes des fusions, et sous toutes réserves, le nombre d'Offices de Tourisme autour de 1500, contre 2270 au 1er janvier 2016 ; mais sans pour autant mettre à mal le maillage de l’accueil grâce aux B.I.T.

LA SPL OU L’EPIC LARGEMENT PLEBISCITÉS... l'ASSOCIATION rÉsiste

Parmi les regroupements effectifs au 1er janvier 2017, on peut d’ores et déjà souligner quelques exemples remarquables. Ils sont généralement le fruit d’un travail complexe initié depuis plusieurs mois entre les équipes des Offices de Tourisme, les collectivités, la Fédération nationale, les Relais Territoriaux, des consultants extérieurs... Il s’agit désormais d’Offices de Tourisme importants qui seront le support de territoires cohérents, porteurs bien souvent d’une destination bénéficiant d’une forte identité touristique à faire perdurer.

Quelques exemples sur le littoral…
Commençons par le littoral de la Manche et normand, l’Office de Tourisme de Boulogne-sur-Mer a vu le jour sous forme d’EPIC regroupant 5 Offices de Tourisme (Boulogne-sur-Mer, Le Portel Plage, Neufchatel-Hardelot, Wimereux et Equihen Plage).

En Normandie maintenant, « Normandie-Cabourg-Pays d’Auge Tourisme » (EPIC) a également vu le jour unissant désormais 6 Offices de Tourisme (Cabourg, Dives Sur Mer, Campagne et Baie De L'Orne à Merville-Franceville Plage, Houlgate, Pays d'Auge Dozuleen, Le Home Varaville). Leur voisin de Deauville ont également suivi le même chemin autour de 5 Offices de Tourisme de sous forme de Société Publique Locale (SPL) « Destination Ouest France Deauville » (Deauville, Blonville - Benerville – Tourgeville, Villerville, Touques, Villers Sur Mer). C’est également le cas du côté d’Honfleur (avec Beuzeville) ou bien de Coutances (Coutances Tourisme, Gouville sur Mer, Blainville sur Mer, Cote des Havres, Agon Coutainville) ainsi que du Tréport (Eu, Criel sur Mer, Ault, Mers)sous forme d’EPIC tous les trois. Caen, Office de Tourisme communal jusqu’à ce jour, se prépare aussi à une fusion prochaine à l’échelle de l’agglomération Caen la Mer, sous forme d'association. Ces exemples d'Offices de Tourisme normands rejoignent ainsi l’Office de Tourisme de Granville Terre et Mer créé, quant à lui, avant le 1er janvier 2017.

Continuons vers le Sud de la Bretagne, l’Office de Tourisme sous forme de SPL de La Baule-presqu’île de Guérande – Bretagne Plein Sud est désormais sur les rails. Il est issu de 9 Offices de Tourisme (La Baule, Saint Lyphard, La Turballe, Le Pouliguen, Piriac Sur Mer, Mesquer Quimiac, Saint Molf, Guerande, Penestin). Un peu plus au Nord, dans le Morbihan, l'Office de Tourisme d'Auray-Quiberon a emboîté le pas sous forme de SPL également. L’agglomération de Saint-Malo a également réuni les Offices de Tourisme de son territoire sous forme de SPL là aussi (Saint-Malo, Cancale, Saint-Coulomb et Saint-Suliac). D’autres Offices de Tourisme bretons sont actuellement en cours de restructuration autour de Pont-L’Abbé (Pays Bigouden Sud) ou du Conquet.

Autres exemples, en Vendée notamment, le littoral touristique de l’Atlantique a donné lieu à des fusions d’Offices de Tourisme à souligner, sous forme de SPL principalement : « Destination les Sables d’Olonne » (Sables d’Olonne, Château d’Olonne, Olonne sur Mer, ile d’Olonne), « Sud Vendée littoral Tourisme » (Pays Mareuillais, Saint Hermine, Saint-Michel en l’Herm, Chaille les Marais) ou encore autour de Saint-Jean-de-Monts.

En continuant sur le littoral vers le Sud, un important regroupement a eu lieu autour de Royan. L’Office de Tourisme Royan Atlantique rassemble les 15 Offices de Tourisme de la destination sous forme d’EPIC (Royan, Saint Palais sur Mer, La Palmyre- Les Mathes, La Tremblade / Ronce Les Bains, Saint Georges de Didonne, Vaux sur Mer, Meschers Sur Gironde, Mortagne sur Gironde, Cozes, Saujon, L'Eguille, Etaules, Arvert, Saint Augustin sur Mer, Mornac Sur Seudre).

Plus au sud, sur les bords de la Méditerranée, l’Office de Tourisme de Toulon Provence Méditerranée (EPIC) s’est constitué regroupant ainsi 10 stations et communes de l’agglomération toulonnaise (Toulon, Hyeres Les Palmiers, Le Pradet, Six Fours les Plages, Saint Mandrier sur Mer, Le Revest Les Eaux et Val D'Ardene, Carqueiranne, La Crau, La Garde, La Valette du Var). 

Plus à l’ouest, dans l’Aude, l’Office de Tourisme du Grand Narbonne (en EPIC) réunira Fleury d’Aude, Port la Nouvelle, La Palme et Sigean. En revanche, les communes de Narbonne, Leucate et Gruissan, toutes trois stations classées, conserveront leur Office de Tourisme communal. Mais encore, dans l’Hérault, l’Office de Tourisme communautaire du Cap d’Adge Méditerranée (EPIC) réunit désormais Le Cap d’Agde, Portiragnes, Vias et Pézenas.

…dans le rural...
Si l’on quitte le littoral pour pénétrer davantage dans les terres, des fusions d’intercommunalités ont engendré des fusions d’Offices de Tourisme, comme par exemple l’Office de Tourisme du Couserans Pyrénées dans l’Ariège sous forme d’association (Castillon, le Séronais, Massat, de Saint-Girons-Saint-Lizier, du Haut Couserans et Sainte-Croix-Volvestre). C’est le cas également à Cazaubon Barbotan les Thermes où a été créé l’Office de Tourisme et du thermalisme du Grand Armagnac avec Eauze et Grondin.

En milieu rural, et contrairement au littoral ou à la montagne, il faut dire que la grande majorité des intercommunalités (EPCI) avait d’ores et déjà créé des Offices de Tourisme au niveau communautaire ou intercommunautaire (bien avant la loi NOTRe). Il s’agit donc plus d’opérations de regroupements d’Offices de Tourisme à la suite de fusions d’intercommunalités que de transferts de compétence des communes. Etant donné que les nouveaux conseils communautaires, issus de fusions d’EPCI, ne sont effectifs que depuis le 1er janvier 2017, les délibérations et décisions relatives à l’organisation des Offices de Tourisme vont être votées progressivement.

…et en milieu urbain
En milieu urbain, depuis la loi MAPTAM de 2015, les Offices de Tourisme de la plupart des grandes villes françaises sont assez naturellement passés du giron communal au giron métropolitain ou communautaire (ils étaient bien souvent l'unique Office de Tourisme sur le territoire de l'agglomération). C’est le cas pour les Offices de Tourisme de Bordeaux (association), Rouen (association), Brest (EPIC) ou Lyon (association), etc… Paris n’est pas directement impacté par les dernières lois compte tenu du statut particulier de la métropole du Grand Paris.  

La loi NOTRe n'a fait qu'amplifier le mouvement engagé en 2015 en intégrant aussi les villes moyennes et les autres capitales régionales ou départementales. On peut citer la création du nouvel Office de Tourisme de Clermont-Ferrand, sous forme de SPL « Clermont Auvergne Tourisme » (Clermont Ferrand, Ceyrat Saint-Genès-Champanelle, Orcines, Pont-Du-Château, Royat – Chamalières, Chateaugay). 

La communauté urbaine d’Arras a également créé un Office de Tourisme sous forme de SPL intégrant plusieurs missions. La même chose s’est opérée du côté de Dijon (en EPIC), Metz, Le Puy-en-Velay ou encore du côté de Nevers (tous les trois sous forme associative en revanche). 

Un regroupement similaire d’Offices de Tourisme du côté du Grand Cognac est actuellement en cours, sous forme associative également (intégrant les 4 anciens EPCI composant la nouvelle communauté d’agglomération cognacaise). Pas très loin, du côté de Poitiers, les Offices de Tourisme composant la nouvelle agglomération du Grand Poitiers se réunissent également sous forme d’EPIC.

A Saint-Germain-en-Laye, près de Paris, un Office de Tourisme sous forme d’EPIC regroupe l’ancien Office de Tourisme de la Ville avec le Pays des Impressionnistes à Marly-le-Roi.

Et du côté de la montagne et des stations classées ?
Du côté des communes supports de stations de ski, la très grande majorité conserve leur Office de Tourisme communal et leur compétence tourisme en faisant jouer la dérogation rendue possible par la loi Montagne : un combat arraché de haute lutte !

Pour les stations classées qui bénéficient aussi de la dérogation, on peut citer quelques stations classées qui ont délibéré pour conserver leur compétence et leur Office de Tourisme comme Arles en Camargue ou Néris-Les-Bains dans l’Allier, tout comme Forges-les-Eaux en Normandie, Carcassonne, Carnac (Morbihan), Paray-le-Monial (Saône-et-Loire), HendayeSanary-sur-Mer (Var), Aigues-Mortes, Nîmes ou encore Versailles... Le recensement, rendu complexe par les différentes possibilités de dérogation octroyées par la loi Montagne (notamment l'engagement à se classer « station classée » d’ici 2018 ou plus), est en cours.

A l’inverse, inscrites dans une stratégie de développement plus global, certaines stations classées ont été à l’initiative de regroupements plus larges comme à Deauville (cf. plus haut) ou à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) où un Office de Tourisme intercommunautaire sous forme d’EPIC regroupe désormais Luxeuil-les-Bains et Fougerolles.

Tous ces Offices de Tourisme recomposés rejoignent les nombreux regroupements effectués quelques années auparavant à l’instar de l’Ile d’Oléron (association), l’Ie de Ré (SPL), Provence Verte à Brignoles (EPIC) et bien d’autres encore…N’oublions pas que plus de 60 % des Offices de Tourisme étaient déjà communautaires ou intercommunautaires avant les lois MAPTAM et NOTRe.